Boutique santé
Scholl Solution Mycoses des Ongles

16.90€Afficher
Sebamed, Pain de toilette sans savon

3.99€Afficher
Schoenenberger, Jus de gui

6.09€Afficher

 

Mélilot (Melilotus officinalis)

Plantes médicinales > Mélilot

  1. Introduction
  2. Coumarines et phytohormones du mélilot
  3. La liste des indications du mélilot
  4. Ne pas en abuser du mélilot
  5. Le mélilot en externe
  6. Du mélilot dans votre jardin

Mélilot

Rien ne semble résister au mélilot, insomnie, dépression, varices, vertiges, hypertension, problèmes digestifs.... Appelé aussi trèfle jaune, trèfle de cheval, trèfle des mouches, pratelle, meigle, fausse luzerne, couronne royale ou bien encore casse-lunettes, le mélilot est une légumineuse commune qui se plaît sur les sols pauvres. On le trouve en plaine comme en montagne. Le nom « mélilot » vient du grec qui signifie « fleur à mie »: les abeilles apprécient ces jolies fleurs jaunes. Les feuilles à trois folioles se rapprochent de celles du trèfle. Les grappes florales, disposées au sommet des tiges, sont d'une jolie couleur or: ce sont elles qui sont utilisées en phytothérapie. Il existe plusieurs sortes de mélilots: l'officinal, le plus commun, mesure 70 cm ; le grand mélilot atteint 2 mètres et présente des fruits poilus ; le mélilot blanc est blanc, comme son nom l'indique. Les propriétés médicinales de ces différents mélilots sont voisines.

Le mélilot officinal ne pousse pas spontanément dans les pays méditerranéens. Très répandu dans toute l'Europe du Nord, il a toujours été un composant de nombreuses préparations médicinales. Louis XIV et ses contemporains en faisaient des cures, car les médecins de l'époque considéraient cette plante idéale pour soulager les problèmes digestifs et intestinaux: vu les quantités de nourriture qu'il ingurgitait lors de ses repas pantagruéliques, le Roi-Soleil devait avoir besoin de tisane de mélilot. Moins d'un siècle plus tard, les médecins ne lui accordaient plus aucun crédit. C'est au début du xxe siècle, avec les premières analyses chimiques, que la plante a retrouvé une place méritée comme remède de phytothérapie.

Coumarines et phytohormones du mélilot

Le mélilot, par sa couleur, se rapproche du millepertuis. Par sa famille, il est un cousin de la luzerne, du trèfle rouge et même du soja. Par l'un de ses composants, la coumarine, il a plus d'un point commun avec l'aspérule odorante. Alors, bien sûr, il possède nombre des vertus de toutes ces plantes. En effet, la couleur jaune a pour origine des flavonoïdes, substances que l'on retrouve dans le millepertuis et la gentiane et qui auraient un effet antidépresseur et immunostimulant. La coumarine, quant à elle, est antispasmodique, calmante, désintoxiquante, laxative et anticoagulante. Les légumineuses, très riches en phytohormones, ont une action rééquilibrante sur le système hormonal: c'est ainsi que le soja, la luzerne et le trèfle rouge entrent dans la composition de compléments alimentaires destinés principalement aux femmes qui abordent la ménopause. Mais le mélilot par ses autres composants est, de plus, diurétique, anti-inflammatoire et antioedémateux. En attendant que le mélilot ne soit, à son tour, à la mode et n'entre dans des formules pharmaceutiques toutes prêtes, vous pouvez en faire des cures sous forme de gélules ou tout simplement d'infusions (1 cuillerée à dessert de plante séchée par tasse, 3 fois par jour).

La liste des indications du mélilot

Ne pas en abuser du mélilot

La coumarine n'est pas seulement calmante et apaisante: car, si c'est un analgésique, c'est aussi un hypnotique que les célèbres botanistes Fournier et Leclerc n'hésitent pas à classer dans les stupéfiants ! Il faut donc rester raisonnable pour ne pas risquer malaises, maux de tête, vertiges et hypotension.

Le mélilot en externe

Dans un bain ou une huile de massage, il n'y a pas de risque de surdosage.

  • L'infusion (20 g de sommités fleuries pour 100 g d'eau) est un excellent collyre qui vient à bout des blépharites et conjonctivites: le docteur Valnet donne d'ailleurs une recette qui associe à parts égales le plantain, le bleuet, le mélilot et l'euphraise. Les infusions concentrées de mélilot peuvent être ajoutées à l'eau du bain pour lutter contre les jambes lourdes ou la nervosité excessive. En cataplasmes sur les jambes, elles peuvent aussi imbiber des compresses, ou bien être mélangées à de l'argile.
  • Huile de massage: introduisez des fleurs sèches de mélilot dans 1/2 bouteille d'huile d'olive première pression à froid de façon à l'emplir. Laissez macérer 15 jours. Appliquez sur les rhumatismes et les varices.

Du mélilot dans votre jardin

Vous ne serez pas très nombreux à vouloir cultiver du mélilot, considéré comme une mauvaise herbe qui risque d'envahir votre potager. Mais ceux qui préfèrent ne consommer que les plantes médicinales de leur jardin pourront faire de bonnes récoltes. C'est une bisannuelle, c'est-à-dire qu'elle ne fleurit qu'à partir de la deuxième année. Au printemps ou à la fin de l'été, faites tremper les graines pendant 1/2 journée dans de l'eau. Puis plantez les dans des godets de terreau. Ensuite, vous les repiquerez en pleine terre. Vous pouvez aussi semer directement en pleine terre, légèrement fumée, et éclaircir par la suite. Ce sont les fleurs (à partir de la seconde année) que l'on récolte et que l'on fait sécher à l'ombre.

Commentaires des internautes

Rédiger un commentaire (aucune inscription requise)

Publier mon commentaire

Aucun commentaire pour le moment. Cliquez ci-dessus pour rédiger le premier !

Phytothérapie
  • Insomnie
  • Jambes lourdes
  • Lumbago
  • Mal des transports
Aromathérapie
  • Défenses immunitaires
  • Vaginite
  • Varicelle
  • Varices
Homéopathie
  • Vertige
  • Céphalée
  • Bronchite chronique
  • Maladie de Crohn