Boutique santé
Arkogélules Marrube Blanc

5.99€Afficher
Schoenenberger, Jus de marrube blanc

5.79€Afficher
Superfruit Organic Greens, Poudre

14.99€Afficher

 

Marrube blanc (Marrubium vulgare)

Plantes médicinales > Marrube blanc

  1. Introduction
  2. La réputation vieille comme le monde du marrube blanc
  3. Vive la marrubine du marrube blanc
  4. Le marrube blanc contre grippe et bronchite
  5. Et si le marrube blanc faisait mincir ?
  6. La grande liste d'indications du marrube blanc
  7. Mode d'emploi du marrube blanc
  8. Macération du marrube blanc dans le vin.
  9. Le marrube blanc en externe aussi

Marrube blanc

Le marrube blanc, cousin de la menthe et de l'ortie blanche, est employé depuis l'Antiquité contre la bronchite et la toux rebelle, une indication qui en fait un ami intéressant dans les périodes de refroidissement.

Il ne paye pas de mine... De la famille des Labiées, il ressemble à ses cousines l'ortie blanche ou la menthe. Il pousse surtout dans le Midi, au bord des chemins et dans les friches, et ses fleurs blanches s'épanouissent de la fin du mois de mai au mois de juillet, parfois même jusqu'en août.

La réputation vieille comme le monde du marrube blanc

En Europe, on a longtemps considéré le marrube blanc comme l'une des plantes médicinales les plus efficaces et aux indications les plus nombreuses. Linné, grand botaniste du xviiie siècle, le recommandait contre le flux salivaire lié à l'intoxication au mercure. Dioscoride, dans ses écrits, rapporte que les feuilles de marrube, « séchées et cuites en eau ou vin avec la graine, ou le suc tiré d'icelles encore verdes, se donnent en forme de looth (sirop) avec miel aux asthmatiques, à gens travaillés de toux, emmaigris et langoreux». Le marrube blanc était également employé contre de nombreux autres troubles de santé. Additionné de poudre de racine de violette, il servait à nettoyer le foie ou comme vermifuge. Sous forme de bain, il soignait les reins, les points de côtés et les varices. En cataplasme, on l'utilisait sur les goitres. Pline lui reconnaissait encore d'autres vertus, et considérait ses feuilles et graines broyées comme « proufitables contre morsures de serpents, douleurs de costes et de poitrine et la toux envieillie, aussi bien que contre les gangrènes et ulcères survenant ès racines des ongles ».

Vive la marrubine du marrube blanc

Bien que le marrube contienne des flavonoïdes, de la pectine, des sels minéraux, des mucilages ou encore une huile essentielle, c'est à un autre de ses composants, la marrubine, que l'on attribue ses propriétés principales, c'est-à-dire expectorantes et digestives, et même ses effets sur l'arythmie cardiaque.

Le marrube blanc contre grippe et bronchite

Les Égyptiens déjà employaient le marrube blanc pour soigner leurs infections respiratoires, sans doute associaient-ils la plante avec du miel. Dioscoride, médecin grec, la préconisait, quant à lui, en décoction. Depuis ces temps lointains, les propriétés de la plante ont été vérifiées. Non seulement le marrube fluidifie les sécrétions bronchiques et facilite leur évacuation, mais il possède également des vertus antiseptiques et un principe fébrifuge. Pour compléter le tableau, il excite l'appétit, ce qui peut être d'un grand intérêt lorsque grippe ou bronchite vous retire toute envie alimentaire. C'est donc l'idéal pour soigner les typiques infections hivernales.

Et si le marrube blanc faisait mincir ?

En général, lorsque l'on dit d'une plante qu'elle excite l'appétit, les adeptes de la minceur ont vite fait de la fuir ! Ce serait une erreur dans le cas du marrube blanc car, outre le fait qu'il stimule l'estomac et calme les lourdeurs, on le suspecte d'être un allié minceur ! Jean Palaiseul rapporte en effet qu'un guide familial de la Belle Époque (alors que la mode était aux rondeurs !) met en garde ses lectrices lorsqu'est évoquée l'infusion de marrube blanc: « Il faut en faire un usage modéré, car elle fait maigrir sensiblement. » Et c'est vrai que si l'on s'astreint à en boire 1 litre par jour (ce qui n'est pas détestable d'ailleurs), on peut espérer perdre quelques kilos.

La grande liste d'indications du marrube blanc

Bien que cela puisse surprendre, car le marrube blanc n'est plus très connu, il peut pour tant être utile contre bien des troubles:

Mode d'emploi du marrube blanc

On récolte les feuilles et les sommités fleuries de marrube blanc au tout début de sa floraison, fin mai début juin, et on les fait sécher à l'ombre, dans un lieu sec et aéré, sur des claies ou bien en les suspendant en petits bouquets. Bien entendu, si on n'a pas fait de récolte, on peut aussi se procurer la plante sèche dans les magasins de produits naturels et pharmacies ayant un « rayon » herboristerie. Si la plupart des auteurs indiquent l'usage du marrube blanc sous forme d'infusion, il semblerait que ce soit sous forme de macération dans du vin que les principes actifs soient les plus efficaces. Cependant, les deux méritent d'être essayées, avec quand même une préférence pour la tisane pour les enfants et les personnes qui n'aiment pas le vin ou ne supportent pas l'alcool.

  • Infusion: faites tremper 30 g de plante sèche (feuilles et fleurs) dans 1 litre d'eau froide pendant 10 minutes, portez sur le feu et laissez chauffer jusqu'aux premiers frémissements. Laissez ensuite infuser pendant 1/4 d'heure. Prenez 4 à 5 tasses de cette tisane par jour, froide ou tiède (pour les problèmes de toux, par exemple).

Macération du marrube blanc dans le vin.

Il existe plusieurs recettes:

  • Faites chauffer 1 litre de vin rouge jusqu'à l'ébullition, puis versez-le sur 30 g de sommités fleuries de marrube blanc. Laissez macérer 1 journée, puis filtrez en exprimant les sucs. Prenez-en 2 à 3 petits verres par jour, en sucrant au besoin avec du miel (pour chasser l'amertume).

Dans 1 litre de vin rouge préalablement sucré (4 à 5 cuillerées à soupe de sucre roux ou 3 cuillerées à soupe de miel), mettez 60 g de plante séchée. Laissez macérer pendant 8 jours, puis filtrez. Prenez-en 1 petit verre avant le repas, midi et soir.

Le marrube blanc en externe aussi

Bien que cet emploi du marrube blanc ait été presque oublié, il a longtemps servi à soigner les ulcères et les plaies en application externe, sous forme de décoction. Il suffit de faire bouillir la plante 10 minutes à raison de 30 g pour 1/2 litre, puis de laisser infuser 1/4 d'heure avant de filtrer. On imbibe simplement des compresses avec cette décoction, à appliquer sur les zones cutanées abîmées.

Commentaires des internautes

Rédiger un commentaire (aucune inscription requise)

Publier mon commentaire

Aucun commentaire pour le moment. Cliquez ci-dessus pour rédiger le premier !

Phytothérapie
  • Insomnie
  • Jambes lourdes
  • Lumbago
  • Mal des transports
Aromathérapie
  • Défenses immunitaires
  • Vaginite
  • Varicelle
  • Varices
Homéopathie
  • Vertige
  • Céphalée
  • Bronchite chronique
  • Maladie de Crohn