Librairie santé
Hommage au monde médicalAfficherContre l'avis des médecinsAfficherLibéré de l'alcoolAfficher
À découvrir

google_ad_client = "ca-pub-8116731124040751";
google_ad_slot = "1206156626";
google_ad_width = 160;
google_ad_height = 600;

 

Genévrier (Juniperus communis)

Plantes médicinales > Genévrier

  1. Introduction
  2. Le genévrier, un antiseptique ancestral
  3. Surtout les baies du genévrier
  4. Les vertus confirmées du genévrier
  5. Une longue liste d'indications du genévrier
  6. Le genévrier en usage interne
  7. Le genévrier en usage externe
  8. L'oxycèdre, cousin du genévrier

Genévrier

Le genévrier, avec ses baies, parfument la cuisine méditerranéenne. Riches en huile essentielle, elles sont recommandées dans de nombreuses indications, allant de la fatigue aux infections urinaires, en passant par les vieilles douleurs !

Le genévrier commun est un arbuste en forme de pyramide étroite, reconnaissable à ses petites baies (entre 5 et 7 mm de diamètre) qui mûrissent en devenant bleu très foncé, presque noires. Parfois, surtout en montagne, l'arbuste est tout petit, reste à ras du sol, mais il arrive, dans certains terrains, qu'il se prenne pour un arbre et mesure jusqu'à 12 mètres de haut ! Il lui faut 3 ans avant que ses fruits arrivent à maturité, ensuite, il porte généralement des fruits encore verts et des fruits mûrs en même temps. Cet arbuste est très fréquent en France et il se plaît dans les terrains incultes, dans les friches, des plaines à la haute montagne.

Le genévrier, un antiseptique ancestral

On rapporte que ses propriétés médicinales sont mises à profit par les humains depuis la préhistoire ! Les baies de genévrier et la fumée obtenue en faisant brûler son bois sont, semble-t-il, réputées antiseptiques depuis des millénaires et ont été utilisées à ce titre en prévention d'épidémies comme la peste.

Au Moyen Âge, le genévrier apparaissait comme une plante miraculeuse. On l'employait aussi bien contre les maux de tête que les troubles rénaux ou urinaires. Sainte-Hildegarde de Bingen, elle, l'utilisait pour soigner les poumons et le foie et conseillait d'en ajouter des rameaux à l'eau du bain pour faire tomber la fièvre. Matthiole, au xvie siècle, en recommandait l'usage externe, toujours dans le bain, en cas de crise de goutte, mais la recette n'est pas évidente à suivre de nos jours: faire bouillir, jusqu'à réduction au tiers, 12 livres de bois de genévrier dans une quantité d'eau suffisante ; jeter le tout dans la baignoire ; s'y plonger jusqu'au nombril, en bassiner les membres malades... « J'ai vu, dit Matthiole, des goutteux perclus et cloués au lit, sortir de ce bain ingambes et reprendre leurs occupations habituelles. »

Surtout les baies du genévrier

Bien que toutes les parties de l'arbuste soient intéressantes, des extrémités des rameaux aux fleurs, ce sont surtout les baies que l'on emploie, en particulier pour leur côté pratique. On les récolte en automne et on les fait ensuite sécher à l'air libre, en les remuant fréquemment pour une dessiccation uniforme.

On les utilise souvent pour parfumer la cuisine, dans la choucroute, par exemple. La plupart du temps, elles restent sur le bord de l'assiette. Et c'est dommage, car, comme le dit le docteur Valnet, c'est en les croquant que l'on éloigne les maladies.

Les vertus confirmées du genévrier

La réputation de panacée que le genévrier tient du Moyen Âge n'a finalement jamais été démentie. Car la science et les pratiques médicales modernes ont confirmé ses nombreuses vertus. Le genévrier est un tonique des voies digestives, un antiseptique pulmonaire, digestif, urinaire et sanguin, un dépuratif et un diurétique, mais aussi un excellent anti-rhumatismal qui favorise l'élimination des toxines et de l'acide urique (qui provoque la fameuse goutte !) et il est utile en cas de diabète.

Une longue liste d'indications du genévrier

Le genévrier, surtout sous forme de baies, peut vous aider à vous débarrasser de nombreuses pathologies et vous pouvez le mettre à profit, en usage interne, en cas de:

  • digestion lente et fermentations intestinales,
  • lassitude générale et prévention des maladies infectieuses,
  • affections des voies urinaires (dont la si fréquente cystite): le genévrier donne une odeur de violette aux urines,
  • goutte et rhumatismes,
  • diabète,
  • menstruations douloureuses,
  • excès d'albumine.

Surtout sous forme d'huile essentielle, le genévrier peut également être employé par voie externe pour soulager les rhumatismes ou lutter contre les infections respiratoires, la fatigue... L'huile essentielle traverse la barrière cutanée et va délivrer les bienfaits du genévrier au coeur de l'organisme.

Quant aux baies, on peut les faire griller dans la cheminée pour désinfecter l'air ambiant ! Mais on peut également, pour cela, faire diffuser de l'huile essentielle de genévrier.

Le genévrier en usage interne

  • Infusion de baies: vous en mettez 1 cuillerée à café dans une tasse et vous couvrez d'eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes avant de filtrer et de boire. En général, on conseille 2 à 3 tasses par jour pendant 3 semaines.
  • Cure de l'abbé Kneipp: mâchez 4 baies le premier jour, 5 le second, ainsi de suite jusqu'à 15, puis en diminuant de 1 baie par jour jusqu'à revenir à 4, soit 23 jours en tout.
  • En poudre contre le diabète: concassez une dizaine de baies et absorbez-les avec de l'eau. Recommencez chaque jour pendant 2 à 4 semaines. À renouveler. Il s'agit d'une recette du docteur Valnet.
  • Huile essentielle: 2 à 3 gouttes dans 1 cuillerée de miel, 2 à 3 fois par jour.
  • Vin fébrifuge, diurétique et tonique: faites macérer, pendant quatre jours, 20 g de baies concassées et 10g de rameaux de genévrier coupés dans 75 cl de vin blanc. Filtrez. Prenez-en 1 verre à liqueur par jour.

Le genévrier en usage externe

  • Bain de genévrier: diluez 20 gouttes d'huile essentielle de genévrier dans 1 cuillerée à soupe de lait en poudre ou dans une base pour bains, et ajoutez la préparation à l'eau de votre bain. Restez 1/4 d'heure dans le bain.
  • Massage au genévrier: ajoutez 50 gouttes d'huile essentielle de genévrier à 10 cl d'huile végétale (huile d'amande douce, d'olive, de noyau d'abricot...) et massez vos articulations ou votre dos avec cette huile. C'est aussi idéal pour soulager les courbatures et en cas de fatigue musculaire.

L'oxycèdre, cousin du genévrier

L'oxycèdre (Juniperus oxycedrus) pousse en région méditerranéenne. Il a des fruits deux fois plus gros que le genévrier et plutôt brun rouge. Pour les distinguer l'un de l'autre, regardez leurs feuilles: s'il y a deux petites bandes blanches séparées par une nervure verte, c'est de l'oxycèdre, s'il n'y a qu'une bande blanche, c'est du genévrier. Les vertus de l'oxycèdre sont très proches de celles du genévrier, mais il est davantage connu pour le goudron liquide que l'on retire de son bois: la fameuse huile de cade, une huile utilisée contre les dermatoses, qui entre dans la composition de savons, shampoings...

Gentiane (Gentiana lutea)

La gentiane peut dépasser 1 mètre de hauteur et est réputée pour ses vertus digestives. D'ailleurs, elle entre dans la composition de nombreuses liqueurs. Mais les scientifiques lui ont découvert...

Gentiane (Gentiana lutea)

Boutique santé

Juvamine Genévrier7.10€Afficher

Puressentiel Genévrier Bio5.60€Afficher

nu3 Thé matcha bio, poudre27.99€Afficher

Commentaires des internautes

Rédiger un commentaire (aucune inscription requise)

Publier mon commentaire

Aucun commentaire pour le moment. Cliquez ci-dessus pour rédiger le premier !

Bottin

Les plus commentés:
  • Geyer Kevin (Ostéopathes, Alpes-Maritimes)
  • Rinaldi Gwénaëlle (Ostéopathes, Paris)
Librairie santé
  • Les basiques
  • Soulager les acouphènes avec 1 CD audio
Phytothérapie
  • Insomnie
  • Jambes lourdes
  • Lumbago
  • Mal des transports
Aromathérapie
  • Défenses immunitaires
  • Vaginite
  • Varicelle
  • Varices
Homéopathie
  • Vertige
  • Céphalée
  • Bronchite chronique
  • Maladie de Crohn