Boutique en ligne
Lebepur, Chou de milan bio, poudre

6.49€Afficher
Amstyle Choux Détox

9.90€Afficher
Paraforme Soupe au Chou

13.90€Afficher

 

Chou (Brassica oleracea)

Plantes médicinales > Chou

  1. Introduction
  2. Les glucosinolates du chou contre le cancer
  3. Comment consommer le chou
  4. Le chou en application externe
  5. Allergie au chou ?

Chou

Le chou comestible, et la plupart des autres crucifères (appelés aujourd'hui Brassicacées), a été inventé par l'homme à partir de plusieurs espèces de choux sauvages. La partie consommée (la racine, la fleur ou bien les feuilles) a été favorisée, surdéveloppée de façon à produire des légumes différents: navet, radis, chou fleur, chou de Bruxelles, brocoli, raifort... Le chou proprement dit fait l'objet de livres ou de chapitres entiers dans les ouvrages de médecine populaire ou de phytothérapie. Il faut dire que ses propriétés sont impressionnantes. Dépuratif, antibiotique naturel, très riche en vitamines de toutes sortes (A, B1, B2, C, PP et même D2), en oligoéléments (phosphore, calcium, fer, potassium, sodium, soufre, cuivre, iode), le chou est pauvre en calories (25 calories/100 g).

Les indications du chou sont innombrables: problèmes urinaires, respiratoires, cardiaques, digestifs, circulatoires, hépatiques, douleurs gastriques, musculaires, rhumatismales, infections, fatigues, névralgies... Bref, le chou est une véritable panacée, conseillée non seulement aux malades, mais aussi aux enfants, femmes enceintes et personnes âgées.

Le chou soigne presque tout, au point que l'on peut douter de tant de mérites. S'il était un peu plus exotique, moins bon marché, sans doute lui dresserait-on les lauriers qu'il mérite, car son plus gros handicap, au titre de plante médicinale, est sans aucun doute son côté « courant ».

En Europe, en Amérique, en Australie, les chercheurs ont montré que le chou était un cicatrisant interne, réduisant les ulcères gastriques et les colites. Par ailleurs, certaines substances du chou auraient une activité sur les cellules du foie et le chou est parfois utilisé pour améliorer ou guérir certaines formes de diabète ou d'alcoolisme.

Les glucosinolates du chou contre le cancer

Le chou contient des molécules très actives contre les cancers des voies digestives et d'autres cancers, comme celui du sein. Il s'agit de substances appelées glucosinolates, que l'on trouve aussi dans le colza, la moutarde, le radis. Mais il y a plusieurs sortes de glucosinolates et tous n'agissent pas de la même manière. Ceux du chou sont particulière ment efficaces. Une étude australienne a prouvé que le chou retardait le cancer du côlon. Une autre étude, portant sur 59 pays, a conclu que le chou protégeait contre le cancer de l'oesophage. Bien entendu, les scientifiques ont voulu reproduire cette molécule ou la rechercher dans d'autres végétaux ; là, ils se sont aperçus que, contrairement aux molécules de synthèse, seuls les glucosinolates issus des crucifères semblaient réellement efficaces. Parmi les choux, ce sont les brocolis chez lesquels les glucosinolates (les sulforafanes) donnent a priori les résultats les plus spectaculaires, que ce soit pour lutter contre divers cancers, mais aussi pour lutter contre l'Helicobacter pylori, bactérie mise en cause dans l'ulcère gastrique.

Comment consommer le chou

Le chou et ses cousins (brocoli, chou-fleur, chou de Bruxelles, chou-rave...) sont parfois accusés d'être indigestes, mais ce défaut n'est pas rédhibitoire ! Pour éliminer les com posés soufrés volatils responsables de ces désagréments, il suffit de tremper le chou ou le chou-fleur dans l'eau bouillante, à découvert, pendant 3 minutes maximum, puis de jeter l'eau. Ensuite, les glucosinolates étant solubles dans l'eau, cuisez le chou (ou le chou fleur) impérativement à la vapeur. Toutes les recettes (au four, à la poêle, au gratin, avec d'autres légumes...) sont plus savoureuses, plus digestes et meilleures pour la santé si vous respectez auparavant ce double processus: cuisson rapide à l'eau puis, après avoir jeté l'eau, cuisson al dente à la vapeur. Le chou cuit se conserve mal, du moins en ce qui concerne ses propriétés médicinales. Il ne faut donc pas le garder plus de 24 heures au réfrigérateur. La consommation de chou cru, contrairement au chou cuit sans précaution, n'est pas indigeste et reste préférable, pour bénéficier de toutes les vertus de ce végétal: vitamines, oligoéléments, glucosinolates et autres nutriments ou molécules actives sont bien mieux préservés. Toutefois, attention à ne pas dépasser 150 g de chou par jour, car le chou peut influer sur la sécrétion d'hormones thyroïdiennes: comme pour toute substance efficace, le chou en excès peut se révéler néfaste.

Le chou en application externe

Les feuilles de chou, expliquait le docteur Blanc*, semblent trop simples, trop vulgaires pour être prises au sérieux. Et pourtant, les plus grands phytothérapeutes, du docteur Leclerc au docteur Valnet, ont vanté les mérites de la feuille de chou. Des milliers de témoignages et d'anecdotes rapportent des guérisons surprenantes: plaies, rhumatismes, ulcères variqueux... Le chou utilisé peut être indifféremment rouge ou vert. Les feuilles doivent être fraîches, larges, bien colorées. Pour l'usage externe, on les lave à l'eau courante, additionnée éventuellement du jus d'un citron, avant de les essuyer avec un linge propre. Avec un couteau, on ôte les nervures les plus grosses. On superpose trois ou quatre feuilles que l'on écrase avec un rouleau à pâtisserie. On place le cataplasme de feuilles, humide de son suc, sur la peau. Il est maintenu en place avec des compresses ou un bandage qui ne doit pas être serré.

  • Pour les douleurs dorsales ou les rhumatismes: laissez le cataplasme plusieurs heures en place. Certaines personnes préfèrent les cataplasmes chauds, vous pouvez cuire rapidement à la vapeur les feuilles de chou. Attention de ne pas vous brûler. N'appliquez pas de feuilles chaudes (ou tout autre cataplasme chaud) sur l'abdomen et sur les varices.
  • Pour les ulcères variqueux ou sclérosés, ainsi que pour les problèmes circulatoires des jambes, les hémorroïdes et les eczémas secs: on peut tremper les feuilles dans l'huile d'olive première pression à froid pendant 1/2 heure avant de les écraser. Les cataplasmes peuvent être gardés toute la nuit et renouvelés chaque soir.
  • Sur les plaies ouvertes, infectées et les eczémas suintants: il faut changer fréquemment le cataplasme pour que les sérosités soient éliminées. Placez les feuilles sur la partie atteinte de telle sorte que les sérosités puissent s'écouler.
  • Ces cataplasmes sont valables aussi pour lutter contre les zonas, les engelures, les dartres, les mains abîmées...

Allergie au chou ?

Il existe des allergies ou des intolérances rares à l'application des feuilles de chou. Certains phytothérapeutes estiment que les réactions à la feuille de chou peuvent venir des composés soufrés, mais plus vraisemblablement des phytosanitaires chimiques épandus dans les champs. D'où l'importance de choisir des choux issus de l'agriculture biologique (ou de votre jardin, si vous les cultivez sans engrais) et de bien les laver. De toute façon, en cas de douleurs, picotements, irritation, ou si vous ne percevez ni apaisement ni amélioration, il faut ôter les feuilles, se laver soigneusement à l'eau et ne pas persister avec ce traitement.

Phytothérapie
  • Insomnie
  • Jambes lourdes
  • Lumbago
  • Mal des transports
Aromathérapie
  • Défenses immunitaires
  • Vaginite
  • Varicelle
  • Varices
Homéopathie
  • Vertige
  • Céphalée
  • Bronchite chronique
  • Maladie de Crohn