Boutique santé
Phytopharma, Huile de bourrache

23.49€Afficher
Juvamine Bourrache Onagre

6.90€Afficher
allcura, Huile de bourrache

15.99€Afficher

 

Bourrache (Borrago officinalis)

Plantes médicinales > Bourrache

  1. Introduction
  2. Composition de la bourrache
  3. Mangez la bourrache fraîche
  4. L'huile de bourrache
  5. Les nombreuses indications de la bourrache
  6. La bourrache... Comment ? Combien ?
  7. Des études probantes sur la bourrache
  8. La bourrache, à consommer avec modération

Bourrache

La bourrache a longtemps été consommée sous forme de salade. Elle est aujourd'hui considérée comme une plante médicinale majeure grâce à son huile qui est extraite des graines et consommée sous forme de capsules.

De l'Afrique du Nord jusqu'au Danemark, en lisière de forêt, sur les bords des chemins, dans les décombres, fleurissent des petites fleurs bleues aux cinq pétales en étoile, souvent cachées par des feuilles poilues de couleur vert sombre. La bourrache peut atteindre 50 cm de hauteur. Sur une grosse tige, tout aussi poilue que les feuilles, partent des rameaux. Toute la plante se courbe sous le poids des boutons que l'on devine violets sous leur manteau vert. Les petites fleurs bleues, plutôt que de se diriger vers le ciel, semblent regarder leurs pieds. La bourrache, en raison de ses vertus médicinales exceptionnelles, est cultivée à grande échelle.

Composition de la bourrache

Très riche en mucilage, substance qui devient visqueuse dans le tube digestif et favorise le transit intestinal, la bourrache contient des vitamines (A, du groupe B, et C) en doses moyennes, et des sels minéraux en grande concentration (sodium, potassium). Ces sels minéraux sont sans doute à l'origine de ses propriétés sudorifiques. La bourrache contient aussi des tanins, des résines, des acides gras polyinsaturés (gammalinolénique et linoléique) et un alcaloïde (dérivé pyrrolizidinique) qui sont à l'origine des principes physiologiques puissants de la plante.

Mangez la bourrache fraîche

La bourrache concentre ses principes actifs dans les fleurs et les feuilles au moment de la floraison, de mai à septembre. On mange les jeunes feuilles crues ou cuites, comme les épinards ou les pissenlits, ou bien mélangées avec d'autres feuilles de salade. Mais les poils peuvent irriter le gosier ! Alors, il est préférable d'ajouter le jus (bien filtré !) de ses feuilles à la soupe ou à la salade. Il existe aussi des recettes de feuilles farcies, un peu comme les feuilles de vignes farcies au riz que l'on déguste en Grèce. La consommation de bourrache juste après la cueillette est préférable car, contrairement à la plupart des plantes médicinales dont les propriétés se trouvent concentrées et potentialisées au séchage, la bourrache, quant à elle, ne gagne rien à la dessiccation. On trouve facilement des feuilles et des fleurs sèches en herboristerie ou boutique diététique.

L'huile de bourrache

L'huile de bourrache présente des qualités exceptionnelles avec des indications légèrement différentes de celles de la plante fraîche. Très riche en acides gras polyinsaturés, elle est conseillée aussi bien en interne qu'en externe pour lutter contre les irrégularités du cycle féminin, les douleurs prémenstruelles, les problèmes cutanés dont l'eczéma, le dessèche ment de la peau, l'apparition des rides et des vergetures. Après une dizaine de jours de cure, les ongles deviennent plus durs et moins cassants, les cheveux moins ternes, moins fragiles. En interne, prenez 2 à 3 capsules par jour, par cure de 3 semaines, et selon les indications du fabricant. Pour l'utilisation en externe, il suffit de crever deux capsules et d'en étaler l'huile sur la peau.

Les nombreuses indications de la bourrache

La bourrache est appelée aussi bourraiche, langue de boeuf, bourse-à-berger ou herbe à la suée. Ce dernier surnom est facilement compréhensible, car l'une des propriétés les plus flagrantes de la bourrache est de provoquer la transpiration, activant l'évacuation de la fièvre et des toxines. Mais sa composition chimique lui donne bien d'autres propriétés: elle est adoucissante, dépurative, diurétique et laxative. On utilise donc la bourrache (en interne principalement, mais aussi en externe) en cas de:

  • cheveux ou ongles ternes, cassants, fragiles,
  • cycles féminins irréguliers ou douloureux,
  • problèmes gastriques ou digestifs,
  • constipation,
  • infections urinaires et troubles rénaux,
  • rhumatismes,
  • fièvre (surtout éruptive: rougeole, scarlatine...),
  • affections pulmonaires.

La bourrache... Comment ? Combien ?

Fleurs sèches et huile se trouvent facilement en boutiques diététiques, par correspondance et en pharmacies.

  • Tisane de fleurs fraîches: 50 g pour 1 litre d'eau à laisser infuser 3 minutes maximum afin que la boisson garde sa jolie couleur bleue et toutes ses propriétés. Buvez 1 tasse après chaque repas.
  • Tisane de fleurs sèches: 1 cuillerée à café par tasse, infusée rapidement.
  • Dans le vin: ajouter des feuilles et des fleurs fraîches à un bon petit vin lui donne encore meilleur goût et permet (à doses raisonnables) de profiter des bienfaits de la bourrache.
  • Les cataplasmes: il suffit, soit de faire une décoction de feuilles de bourrache (100 g pour 1 litre d'eau) à mettre sur une compresse, soit d'écraser les feuilles au rouleau à pâtisserie et d'étaler sur la peau. Pour calmer les démangeaisons, lutter contre l'eczéma ou les ulcères variqueux.
  • Le jus de bourrache en externe, associé à celui du pissenlit, est une excellente lotion tonifiante et démaquillante qui a la propriété d'éclaircir le teint.
  • Huile de bourrache: c'est la forme conseillée surtout pour les « troubles féminins » ainsi que pour les problèmes de peau, d'ongles et de cheveux.

Des études probantes sur la bourrache

Plusieurs essais cliniques ont montré l'intérêt de l'huile de bourrache pour soigner certaines maladies ou soulager certains symptômes.

  • Polyarthrite rhumatoïde: deux études ont permis de constater que la prise quotidienne de 1,4 g d'acide gamma-linolénique, soit 6 g d'huile de bourrache, pouvait soulager les symptômes de la maladie. Les articulations désenflent et sont moins sensibles. L'acide gamma-linolénique agirait sur les médiateurs de l'inflammation.
  • Parodontite: une étude a montré qu'une supplémentation en huile de bourrache et en huile de poissons réduisait l'inflammation des gencives causée par la parodontite.
  • Eczéma chez les enfants: la prise d'huile de bourrache réduit la gravité des crises.

La bourrache, à consommer avec modération

La bourrache est une plante très efficace mais elle renferme des alcaloïdes qui peuvent se révéler toxiques à haute dose. Les chimistes ont découvert que le bétail qui broutait avec gourmandise les fleurs de bourrache pouvait être atteint d'intoxications hépatiques. D'ailleurs, l'usage de la bourrache est réglementé dans certains pays. Mais en réalité, les concentrations de dérivés pyrrolyzidiniques dans la plante sont assez faibles: il faudrait en consommer chaque jour des saladiers entiers pour être intoxiqué !Soyez malgré tout prudent et ne dépassez pas les doses conseillées.

Commentaires des internautes

Rédiger un commentaire (aucune inscription requise)

Publier mon commentaire

Aucun commentaire pour le moment. Cliquez ci-dessus pour rédiger le premier !

Phytothérapie
  • Insomnie
  • Jambes lourdes
  • Lumbago
  • Mal des transports
Aromathérapie
  • Défenses immunitaires
  • Vaginite
  • Varicelle
  • Varices
Homéopathie
  • Vertige
  • Céphalée
  • Bronchite chronique
  • Maladie de Crohn